Need help?
Voi swirl

Choose Country

More languages

(Automatic translations by Google Translate)

La France comme exemple mondial d’un nouveau modèle de mobilité en ville: moins de voitures privées, plus d’espace pour les personnes

La France comme exemple mondial d’un nouveau modèle de mobilité en ville: moins de voitures privées, plus d’espace pour les personnes

(Scroll for English)

Par Charlotte Serres, Directrice Générale de Voi Technology pour la France, la Belgique et l’Espagne.

Ce mois de septembre a été clé dans l’avancée sur les questions de mobilité en France. Début septembre, le Président Macron s’est rendu à Marseille pour partager son ambition pour faire de la capitale de la Provence une ville plus efficace et plus durable. Une grande partie des investissements proposés concernait les transports publics et la mobilité au service des Marseillaises et des Marseillais.

Nous pensons que le projet du président Emmanuel Macron pour Marseille est remarquable. Les investissements annoncés sont très importants et, en tant qu’opérateur de micro-mobilité, nous croyons en la multimodalité. Cela signifie que, pour se déplacer d’un endroit à l’autre au sein d’une ville, l’utilisation de plusieurs moyens de transport peut rendre les déplacements plus efficaces avec les trajets du premier et du dernier kilomètre en trottinette électrique. C’est pourquoi il faut aussi soutenir la micro-mobilité électrique : faire en sorte que les gens choisissent des moyens de transport plus durables que la voiture particulière pour les trajets les plus courts et construire des solutions connectées entre elles.

Il y a quelques jours à peine, David Belliard, Adjoint en charge de la transformation de l’espace public, de la mobilité et des transports à la Ville de Paris, commentait lors de la Table Ronde des PDG « Reimagining Urban Mobility : A Shared Journey » par POLIS Network que l’objectif de l’administration parisienne était de changer l’usage de l’espace public dans la ville : moins d’espace pour les voitures, plus d’espace pour la marche, les vélos et les transports en commun.

Nous partageons la même pensée que David Belliard : nous réservons encore beaucoup, voire trop d’espace aux voitures.

Dans beaucoup de villes, des centaines de milliers de kilomètres de terrain ont été aplatis, recouverts de béton et présentés comme la solution idéale de la vie urbaine. Nous avons tacitement accepté pendant longtemps cette place centrale laissée à la voiture, qui occupe des pans entiers de terrain, trop souvent de manière non-optimale. Ce sont des espaces verts, des parcs, des terrasses et des espaces d’échange qui ont été longtemps sacrifiés au profit des places de stationnement.

Si les années 2020 et 2021 ont été très difficiles pour tous, nous avons su faire preuve de résilience. Marcher et prendre le métro, le bus, le tram ou toute autre forme de transport public doit revenir dans nos habitudes et il est bon de voir les investissements sur lesquels les collectivités s’engagent sur les mois et années à venir. Tout ça va dans le bon sens.

Toutefois, il reste des lacunes à combler et nous devons être capables de les remplir. Il existe parfois des vides dans le maillage des transports publics, des fermetures temporaires de stations ou des temps de trajets incitant à reprendre la voiture…

Alors, que doit-il se passer pour que nous soyons moins dépendants des voitures, que nous ayons plus d’espaces publics agréables, tout en favorisant une mobilité accessible, sûre et efficace? Et si nous réfléchissions ensemble aux solutions que nous fournit l’industrie de la micro-mobilité ?

La mobilité multimodale est, pour Voi Technology, centrale dans la création des villes du quart d’heure. Le cabinet Jaja architects a repensé la rue Paradis à Marseille pour donner un aperçu de ce que pourrait devenir une artère de la ville si on y appliquait les préceptes de la Ville du quart d’heure. Cet exercice a également été réalisé avec Hornstull à Stockholm et Lark Lane à Liverpool.

Ces rendus ne se veulent pas une proposition mais une inspiration. Nous parlons toutes et tous de la façon dont nous aimerions que nos rues et nos villes soient à l’avenir. Mais nous n’avons pas de références claires et simples. Avec ce travail, nous voulions montrer que des villes plus ordonnées, avec plus d’espaces verts et plus d’espace pour les piétons sont possibles. Et si la différence est si grande pour une rue centrale et commerçante comme la rue Paradis à Marseille, alors imaginez ce que pourraient devenir les zones plus périphériques de chaque ville !

Hier nous avons célébré la Journée sans voiture dans le monde entier.
Chez Voi, nous espérons pouvoir contribuer à la promotion d’une mobilité plus sûre, plus durable et partie intégrante du réseau de transport public pour mettre en avant les collectivités territoriales françaises comme des modèles en matière de transition écologique.

Ensemble, bâtissons plus de villes où il fait bon vivre !

English

The discussions around mobility in France: Will a new French model be an example for the city of the future?

By Charlotte Serres, General Manager of Voi in France, Spain and Belgium

The past month has marked a key milestone for mobility in France. At the beginning of September, President Macron visited Marseille, sharing his plans to help transform the capital of Provence into a more efficient and sustainable city. A big part of the proposed investments regarded public transport and mobility.

Only a few days ago, David Belliard, Deputy in charge of the transformation of public space, mobility and transport in the City of Paris, commented during the CEO Roundtable “Reimagining Urban Mobility: A Shared Journey” by POLIS Network that the objective of the Ville Lumiére administration is to change the use of public space in the city: less space for cars, more space for walking, cycling and public transport.

At Voi, we believe that President Emmanuel Macron’s plan for Marseille is remarkable. The investments that have been mentioned are highly needed and, as a micro-mobility company, we believe in the need for multimodal mobility in order to foster greener, more liveable cities. By combining several modes of sustainable transport to get around (such as metro journeys combined with last-mile solutions like electric scooters), we stand a bigger chance of reducing private car use.

We also agree with David Belliard: Europe in general has a parking problem and it is clear that we still reserve a lot, if not too much space for cars.
In many cities, hundreds of thousands of kilometers of land have been flattened, covered with concrete and presented as the ideal solution for city living. For a long time, we quietly accepted this space dedicated to the car, which occupies vast areas of land, too often in a sub-optimal way. These are green spaces, parks, terraces and spaces for connection that have long been sacrificed in favor of parking spaces for cars.

While the years 2020 and 2021 have been very trying for many of us, we have shown resilience. Certain business meetings started being carried out via video-conferences – habits that may be worth keeping when they are more efficient. Walking and catching the metro, bus, tram or other forms of public transport must resume and we are excited to see the investments committed over the months and years to come. All of this is moving us in the right direction. However, there are still gaps to be filled and we must be able to fill them. There are sometimes gaps in the public transport network or temporary closures of stations in view of major construction work. Having to walk for more than 15 minutes from one point to another can encourage people to take the car again …

So what needs to happen in order to reduce car-dependency, if we dare to imagine future cities where public space encourages social interaction, while promoting accessible, safe, efficient and pleasant mobility? What if we put our minds together and consider the possibilities that micro-mobility offer

Multimodal mobility is for Voi Technology the way to shape Marseille into a 15-minute city. Together with Danish Jaja Architects, Voi has re-imagined what a future city could look like in these renderings of Hornstull in Stockholm and Lark Lane in Liverpool.

Yesterday was the Free Car Day around all of Europe. In France, we hope the conversations about mobility and the commitment that the whole industry, in both the public and private sectors, in favor of promoting safer and more sustainable mobility, will very soon lead France setting an example for other countries.

Together let’s shape cities made for living!

Related